Compte rendu de la séance du 13 février 2021

Température ambiante : -3° – Ciel dégagé.

 

Thème de la séance : “Préparation de la nuit de la chouette”

 

Les membres du club nature se sont retrouvés ce samedi matin, à 9h30 à la salle des Lavandières pour préparer la nuit de la chouette qui est programmée, pour le moment, le mardi 9 mars prochain.

 

Olivier, l’animateur du C.P.I.E. nous a dans un premier temps présenté la 14ème édition de la nuit de la chouette organisée par la L.P.O. (Ligue de Protection des Oiseaux). La première édition a eu lieu en 1995. Cet événement consiste à observer les chouettes et les hiboux, ainsi que les autres animaux nocturnes de nos campagnes, en reproduisant le cri du mâle lors de la période de reproduction. L’objectif est de faire réagir les mâles qui souhaitent défendre leur territoire pour les observer. Afin de ne pas avoir d’impact sur l’équilibre des territoires de chaque couple, la nuit de la chouette n’a lieu qu’une année sur deux.

Les chouettes et les hiboux sont des rapaces nocturnes. Attention, la chouette n’est pas la femelle du hibou ! Il s’agit de deux espèces différentes. Comment les reconnaître ? Les hiboux portent sur la tête des « aigrettes » alors que les chouettes en sont dépourvues. Ces aigrettes ne sont pas des oreilles mais seulement des duvets de plumes présents au sommet du crâne des hiboux.

Les chouettes et les hiboux sont des animaux carnivores. Ils mangent principalement des petits mammifères, surtout des petits rongeurs, des insectes, des serpents ainsi que d’autres oiseaux et éventuellement des grenouilles. Pour chasser, ils possèdent :

– des serres (pattes crochues pour attraper leurs proies),

– une ouïe développée (avec des disques faciaux permettant de renvoyer les sons vers leurs cavités auditives – une chouette peut entendre un mulot jusqu’à 200 m),

– une très bonne vue avec des yeux fixes dirigés vers l’avant et une très grande sensibilité à la lumière,

– un plumage souple (permettant une grande discrétion de vol).

Une particularité de ces rapaces nocturnes est que leurs yeux sont fixes. Ils doivent donc tourner la tête afin d’observer leur environnement. Leur tête peut faire une rotation jusqu’à 270°.

 

Après avoir présenté différentes espèces présents dans notre bocage comme la chouette Chevêche D’Athéna, la chouette Effraie des Clochers (aussi appelée dame blanche), la chouette Hulotte, le Hibou des Marais et les Hiboux petit et moyen-duc, Olivier nous a rappelé que ces rapaces sont protégés par la loi. En effet, leur population diminue et il faut les protéger. Ils se trouvent en haut de la chaîne alimentaire. L’utilisation des produits phytosanitaires contre les insectes et les micromammifères peut entraîner leur mort par empoisonnement, à la suite de l’absorption des pesticides contenus dans leurs proies. La destruction de leur habitat naturel est aussi en cause du fait de l’urbanisation, mais aussi du fait de l’abattage des arbres creux, de la suppression des haies et des arbres isolés, de l’assèchement des marais et aussi de l’engrillagement des clochers ou de certains bâtiments. Une autre cause de la disparition de ces rapaces vient des collisions avec les voitures…

La seconde partie de la matinée a été consacrée à la dissection de pelotes de réjection. Les chouettes et les hiboux mangent l’ensemble de leur proie d’un coup. Leur estomac n’est pas capable de digérer les os et les poils des petits rongeurs et les carapaces des insectes. Ils rejettent donc de petites boulettes de poils et d’os que l’on appelle des pelotes de réjection. Nous avons donc pu disséquer ces petites boules de poils et découvrir les restes osseux de rongeurs et de musaraignes. Après un tri minutieux, nous avons essayé de reconstituer le squelette d’une victime d’un rapace nocturne.

 

N’hésitez pas à prendre un temps avec votre enfant pour lire le petit livret qui lui a été distribué. Vous pouvez également trouver ici des diapositives mises à disposition par la L.P.O.